Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
francais7
Description du blog :
Français: Langue Littérature française Textes Analyse de textes Lecture méthodique
Catégorie :
Blog High-tech
Date de création :
20.09.2008
Dernière mise à jour :
15.04.2010

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Français (2)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or francais7
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· LA PLANETE DES SINGES: GENRE_STRUCTURE_PERSONNAGES_ RESUME DE L'OEUVRE
· Résumé du "Père Goriot", roman d'Honoré de Balzac
· La Boïte à Merveilles (tout le roman)
· LE PERE GORIOT (HONORE DE BALZAC) _TEXTE COMPLET
· CANDIDE OU L'OPTIMISME (VOLTAIRE)_ Texte intégral

· Le dernier jour d'un condamné (texte complet)_Victor Hugo
· Le père Goriot - Vautrin, un tentateur machiavélique
· Antigone: Quelques thèmes principaux
· Le père Goriot - Les personnages
· Antigone (3ème partie)
· Le père Goriot - Le portrait de Vautrin
· Il était une fois un vieux couple heureux ( extrait), Le patrimoine....
· ANTIGONE: Résumé de la pièce théâtrale
· Antigone (4ème partie)
· Antigone (6ème partie)

Voir plus 

Statistiques 40 articles


Derniers commentaires

thank you very much
Par yassir acharki, le 08.10.2014

merci trop (y)
Par oumayma, le 04.02.2014

merci pour la suite de l'histoire
Par anas moutawafiq, le 13.12.2013

alla http ://anissa.cent erblog.net
Par anissa , le 03.12.2013

mercii
Par Alae, le 20.11.2013

Voir plus

RSS
Recherche

La Boïte à Merveilles (tout le roman)

La Boïte à Merveilles (tout le roman)

Publié le 25/09/2008 à 12:00 par francais7


Chapitre 1

Le soir, quand tous dorment, les riches dans leurs chaudes couvertures, les pauvres sur les marches des boutiques ou sous les porches des palais, moi je ne dors pas. Je songe à ma solitude et j’en sens tout le poids. Ma solitude ne date pas d’hier.
Je vois, au fond d’une impasse que le soleil ne visite jamais, un petit garçon de six ans, dresser un piège pour attraper un moineau mais le moineau ne vient jamais. Il désire tant ce petit moineau ! Il ne le mangera pas, il ne le martyrisera pas. Il veut en faire son compagnon. Les pieds nus, sur la terre humide, il court jusqu’au bout de la ruelle pour voir passer les ânes et revient s’asseoir sur le pas de la maison et attendre l’arrivée du moineau qui ne vient pas. Le soir, il rentre le cœur gros et les yeux rougis, balançant au bout de son petit bras, un piège en fil de cuivre.
Nous habitions Dar Chouafa, la maison de la voyante. Effectivement, au rez-de-chaussée, habitait une voyante de grande réputation. Des quartiers les plus éloignés, des femmes de toutes les conditions venaient la consulter. Elle était voyante et quelque peu sorcière. Adepte de la confrérie des Gnaouas (gens de Guinée) elle s’offrait, une fois par mois, une séance de musique et de danses nègres. Des nuages de benjoin emplissaient la maison et les crotales et les guimbris nous empêchaient de dormir, toute la nuit.
Je ne comprenais rien au rituel compliqué qui se déroulait au rez-de-chaussée. De notre fenêtre du deuxième étage, je distinguais à travers la fumée des aromates les silhouettes gesticuler. Elles faisaient tinter leurs instruments bizarres. J’entendais des you-you. Les robes étaient tantôt bleu-ciel, tantôt rouge sang, parfois d’un jaune flamboyant. Les lendemains de ces fêtes étaient des jours mornes, plus tristes et plus gris que les jours ordinaires. Je me levais de bonne heure pour aller au Msid, école Coranique située à deux pas de la maison. Les bruits de la nuit roulaient encore dans ma tête, l’odeur du benjoin et de l’encens m’enivrait. Autour de moi, rôdaient les jnouns, les démons noirs évoqués par la sorcière et ses amis avec une frénésie qui touchait au délire. Je sentais les jnouns me frôler de leurs doigts brûlants ; j’entendais leurs rires comme par les nuits d’orage. Mes index dans les oreilles, je criais les versets tracés sur ma planchette avec un accent de désespoir.
Les deux pièces du rez-de-chaussée étaient occupées par la Chouafa principale locataire. Au premier étage habitaient Driss El Aouad, sa femme Rahma et leur fille d'un an plus âgée que moi. Elle s'appelait Zineb et je ne l'aimais pas. Toute cette famille disposait d'une seule pièce, Rahma faisait la cuisine sur le palier. Nous partagions avec Fatma Bziouya le deuxième étage. Nos deux fenêtres faisaient vis-à-vis et donnaient sur le patio, un vieux patio dont les carreaux avaient depuis longtemps perdu leurs émaux de couleur et qui paraissait pavé de briques. Il était tous les jours lavé à grande eau et frotté au balai de doum. Les jnouns aimaient la propreté. Les clientes de la Chouafa avaient dès l'entrée une bonne impression, impression de netteté et de paix qui invitait à l'abandon, aux confidences - autant d'éléments qui aidaient la voyante à dévoiler plus sûrement l'avenir.
Il n'y avait pas de clientes tous les jours. Aussi inexplicable que cela puisse paraître, il y avait la morte-saison. On ne pouvait en prévoir l'époque. Brusquement, les femmes cessaient d'avoir recours à des philtres d'amour, se préoccupaient moins de leur avenir, ne se plaignaient plus de leurs douleurs des reins, des omoplates ou du ventre, aucun démon ne les tourmentait.
La Chouafa choisissait ces quelques mois de trêve pour s'occuper de sa santé propre. Elle se découvrait des maux que sa science ne pouvait réduire. Les diables l'hallucinaient, se montraient exigeants quant à la couleur des caftans, l'heure de les porter, les aromates qu'il fallait brûler dans telle ou telle circonstance. Et dans la pénombre de sa grande pièce tendue de cretonne, la chouafa gémissait, se plaignait, conjurait, se desséchait dans des nuages d'encens et de benjoin.
J'avais peut-être six ans. Ma mémoire était une cire fraîche et les moindres événements s'y gravaient en images ineffaçables. Il me reste cet album pour égayer ma solitude, pour me prouver à moi-même que je ne suis pas encore mort.
A six ans j'étais seul, peut-être malheureux, mais je n'avais aucun point de repère qui me permît d'appeler mon existence : solitude ou malheur.
Je n'étais ni heureux, ni malheureux. J'étais un enfant seul. Cela, je le savais. Point farouche de nature, j'ébauchai de timides amitiés avec les bambins de l'école coranique, mais leur durée fut brève. Nous habitions des univers différents. J'avais un penchant pour le rêve. Le monde me paraissait un domaine fabuleux, une féerie grandiose où les sorcières entretenaient un commerce familier avec des puissances invisibles. Je désirais que l’Invisible m'admît à participer à ses mystères. Mes petits camarades de l'école se contentaient du visible, surtout quand ce visible se concrétisait en sucreries d'un bleu céleste ou d'un rose de soleil couchant. Ils aimaient grignoter, sucer, mordre à pleines dents. Ils aimaient aussi jouer à la bataille, se prendre à la gorge avec des airs d'assassins, crier pour imiter la voix de leur père, s'insulter pour imiter les voisins, commander pour imiter le maître d'école.
Moi, je ne voulais rien imiter, je voulais connaître.
Abdallah, l'épicier, me raconta les exploits d'un roi magnifique qui vivait dans un pays de lumière, de fleurs et de parfums, par delà les Mers des Ténèbres, par delà la Grande Muraille. Et je désirais faire un pacte avec les puissances invisibles qui obéissaient aux sorcières afin qu'elles m'emmènent par delà les Mers des Ténèbres et par delà la Grande Muraille, vivre dans ce pays de lumière, de parfums et de fleurs.
Mon père me parlait du Paradis. Mais, pour y renaître, il fallait d'abord mourir. Mon père ajoutait que se tuer était un grand péché, un péché qui interdisait l'accès à ce royaume. Alors, je n'avais qu'une solution : attendre ! Attendre de devenir un homme, attendre de mourir pour renaître au bord du fleuve Salsabil. Attendre ! C'est cela exister. A cette idée, je n'éprouvais certainement aucune frayeur. Je me réveillais le matin, je faisais ce qu'on me disait de faire. Le soir, le soleil disparaissait et je revenais m'endormir pour recommencer le lendemain. Je savais qu'une journée s'ajoutait à une autre, je savais que les jours faisaient des mois, que les mois devenaient des saisons, et les saisons l'année. J'ai six ans, l'année prochaine j'en aurai sept et puis huit, neuf et dix. A dix ans, on est presque un homme. A dix ans, on parcourt seul tout le quartier, on discute avec les marchands, on sait écrire, au moins son nom, on peut consulter une voyante sur son avenir, apprendre des mots magiques, composer des talismans.
En attendant, j'étais seul au milieu d'un grouillement de têtes rasées, de nez humides, dans un vertige de vociférations de versets sacrés.
L'école était à la porte de Derb Noualla. Le fqih, un grand maigre à barbe noire, dont les yeux lançaient constamment des flammes de colère, habitait la rue Jiaf. Je connaissais cette rue. Je savais qu'au fond d'un boyau noir et humide, s'ouvrait une porte basse d'où s'échappait, toute la journée, un brouhaha continu de voix de femmes et de pleurs d'enfants.
La première fois que j'avais entendu ce bruit, j'avais éclaté en sanglots parce que j'avais reconnu les voix de l'Enfer telles que mon père les évoqua un soir.
Ma mère me calma :
- Je t'emmène prendre un bain, je te promets un orange et un œuf dur et tu trouves le moyen de braire comme un âne !
Toujours hoquetant, je répondis :
- Je ne veux pas aller en Enfer. Elle leva les yeux au ciel et se tut , confondue par tant de niaiserie.
Je crois n'avoir jamais mis les pieds dans un bain maure depuis mon enfance. Une vague appréhension et un sentiment de malaise m'ont toujours empêché d'en franchir la porte. A bien réfléchir je n'aime pas les bains maures. La promiscuité, l'espèce d'impudeur et de laisser-aller que les gens se croient obligés d'affecter en de tels lieux m'en écartent.
Même enfant, je sentais sur tout ce grouillement de corps humides, dans ce demi-jour inquiétant, une odeur de péché. Sentiment très vague, surtout à l'âge où je pouvais encore accompagner ma mère au bain maure, mais qui provoquait en moi un certain trouble.

Dès notre arrivée nous grimpâmes sur une vaste estrade couverte de nattes. Après avoir payé soixante quinze centimes à la caissière nous commençâmes notre déshabillage dans un tumulte de voix aiguës, un va-et-vient continu de femmes à moitié habillées, déballant de leurs énormes baluchons des caftans et des mansourias, des chemises et des pantalons, des haïks à glands de soie d'une éblouissante blancheur. Toutes ces femmes parlaient fort, gesticulaient avec passion, poussaient des hurlements inexplicables et injustifiés.
Je retirai mes vêtements et je restai tout bête, les mains sur le ventre, devant ma mère lancée dans une explication avec une amie de rencontre. Il y avait bien d'autres enfants, mais ils paraissaient à leur aise, couraient entre les cuisses humides, les mamelles pendantes, les montagnes de baluchons, fiers de montrer leurs ventres ballonnés et leurs fesses grises.
Je me sentais plus seul que jamais. J'étais de plus en plus persuadé que c'était bel et bien l'Enfer. Dans les salles chaudes, l'atmosphère de vapeur, les personnages de cauchemar qui s'y agitaient, la température, finirent par m'anéantir. Je m'assis dans un coin, tremblant de fièvre et de peur. Je me demandais ce que pouvaient bien faire toutes ces femmes qui tournoyaient partout, couraient dans tous les sens, traînant de grands seaux de bois débordants d'eau bouillante qui m'éclaboussait au passage. Ne venaient-elles donc pas pour se laver? Il y en avait bien une ou deux qui tiraient sur leurs cheveux, assises, les jambes allongées, protestant d'une voix haute, mais les autres ne semblaient même pas s'apercevoir de leur présence et continuaient leurs éternels voyages avec leurs éternels seaux de bois. Ma mère, prise dans le tourbillon, émergeait de temps en temps d'une masse de jambes et de bras, me lançait une recommandation ou une injure que je n'arrivais pas à saisir et disparaissait.
Devant moi, dans un seau vide, il y avait un peigne en corne, un gobelet de cuivre bien astiqué, des oranges et des œufs durs. Je pris timidement une orange, je l'épluchai, je la suçai pendant longtemps, le regard vague. Je sentais moins l'indécence de mon corps dans cette pénombre, je le regardais se couvrir de grosses gouttes de sueur et je finis par oublier les femmes qui s'agitaient, leurs seaux de bois et leurs voyages inexplicables autour de la pièce. Ma mère fondit sur moi. Elle me plongea dans un seau d'eau, me couvrit la tête d'une glaise odorante et malgré mes cris et mes larmes me noya sous un flot d'injures et de feu. Elle me sortit du seau, me jeta dans un coin comme un paquet, disparut de nouveau dans le tourbillon. Mon désespoir dura peu, je plongeai la main dans le seau à provisions et je pris un œuf dur, gourmandise dont j'étais particulièrement friand. Je n'avais pas encore fini d'en grignoter le jaune que ma mère réapparut de nouveau, m'aspergea alternativement d'eau bouillante et d'eau glacée, me couvrit d'une serviette et m'emporta à moitié mort à l'air frais sur l'estrade aux baluchons. Je l'entendis dire à la caissière :
- Lalla Fattoum, je te laisse mon fils, je n'ai pas eu encore une goutte d'eau pour me laver.
Et à moi :
- Habille-toi, tête d'oignon ! Voici une orange pour t'occuper.
Je me trouvai seul, les mains croisées sur mon ventre en flammes, plus bête que jamais au milieu de toutes ces inconnues et de leurs fastueux baluchons. Je m'habillai.
Ma mère vint un moment m'entourer étroitement la tête dans une serviette qu'elle me noua sous le menton, me munit de toutes sortes de recommandations et s'engouffra dans les salles chaudes par cette porte qui me faisait face et d’où s’échappaient toutes sortes de rumeurs.
J’attendis sur l'estrade jusqu'au soir. Ma mère finit par venir me rejoindre, l'air épuisé, se plaignant de violents maux de tête.
Heureusement pour moi, ces séances de bain étaient assez rares. Ma mère ne voulait point s'embarrasser de l'enfant empoté et maladroit que j'étais.
Pendant son absence, j'étais livré à mes timides fantaisies. Je courais pieds nus dans le derb, imitant le pas cadencé des chevaux, je hennissais fièrement, envoyais des ruades. Parfois, je vidais simplement ma Boîte à Merveilles par terre et j'inventoriais mes trésors. Un simple bouton de porcelaine me mettait les sens en extase. Quand je l'avais longtemps regardé, j'en caressais des doigts la matière avec respect. Mais il y avait dans cet objet un élément qui ne pouvait être saisi ni par les yeux, ni par les doigts, une mystérieuse beauté intraduisible. Elle me fascinait. Je sentais toute mon impuissance à en jouir pleinement. Je pleurais presque de sentir autour de moi cette étrange chose invisible, impalpable, que je ne pouvais goûter de la langue, mais qui avait un goût et le pouvoir d'enivrer. Et cela s'incarnait dans un bouton de porcelaine et lui donnait ainsi une âme et une vertu de talisman.
Dans la Boîte à Merveilles il y avait une foule d'objets hétéroclites qui, pour moi seul, avaient un sens: des boules de verre, des anneaux de cuivre, un minuscule cadenas sans clef, des clous à tête dorée, des encriers vides, des boutons décorés, des boutons sans décor. Il y en avait en matière transparente, en métal, en nacre. Chacun de ces objets me parlait son langage. C’étaient là mes seuls amis. Bien sûr, j'avais des relations dans le monde de la légende avec des princes très vaillants et des géants au cœur tendre, mais ils habitaient les recoins cachés de mon imagination. Quant à mes boules de verre, mes boutons et mes clous, ils étaient là, à chaque instant, dans leur boîte rectangulaire, prête à me porter secours dans mes heures de chagrin.
Le lendemain du bain, ma mère ne manquait pas de raconter la séance à toute la maison, avec des commentaires détaillés où abondaient les traits pittoresques et les anecdotes. Elle mimait les gestes de telle chérifa connue dans le quartier, la démarche de telle voisine qu'elle n'aimait pas, parlait avec éloge de la caissière ou se révoltait contre les masseuses, ces entremetteuses, mères des calamités, qui escroquaient les clientes sans leur apporter la moindre goutte d'eau. Le bain maure était naturellement le lieu des potins et des commérages. On y faisait connaissance avec des femmes qui n'habitaient pas le quartier. On y allait autant pour se purifier que pour se tenir au courant de ce qui se faisait, de ce qui se disait. Il arrivait qu'une femme chantât un couplet et le couplet faisait ainsi son entrée dans le quartier. Deux ou trois fois, ma mère assista à de vrais crêpages de chignons. De telles scènes donnaient matière à des galas de comédie. Pendant une semaine, ma mère mimait devant les femmes de la maison, les amies de passage et les voisines la dispute et ses phases multiples. On avait droit à un prologue suivi de la présentation des personnages, chacun avec sa silhouette particulière, ses difformités physiques, les caractéristiques de sa voix, de ses gestes et de son regard. On voyait naître le drame, on le voyait se développer, atteindre son paroxysme et finir dans les embrassades ou dans les larmes.
Ma mère remportait auprès des voisines un gros succès. Je n'aimais pas beaucoup ces sortes d'exhibitions. L'excès de gaîté de ma mère était pour moi lié à de fâcheuses conséquences. Le matin, débordante d'enthousiasme, elle ne manquait jamais, le soir, de trouver quelque motif de querelle ou de pleurs.
Mon père rentrait toujours tard; il nous trouvait rarement de bonne humeur. Il subissait presque toujours le récit d'un événement que ma mère se plaisait à peindre avec les couleurs les plus sombres. Quelquefois un incident de mince importance prenait des proportions de catastrophe.
Ainsi en fut-il quand Rahma eut l'idée néfaste de faire sa lessive un lundi. Il était établi que ce jour-là appartenait exc1usivement à ma mère. De bonne heure, elle occupait le patio, 1’encombrait d'auges de bois, de bidons qui servaient de lessiveuses, de seaux pour le rinçage et de paquets de linge sale. A peine vêtue d'un séroual et d'un vieux caftan déchiré, elle s'affairait autour d'un feu improvisé, remuait le contenu du bidon à l'aide d'une longue canne, pestait contre le bois qui donnait plus de fumée que de chaleur, accusait les marchands de savon noir de l'avoir escroquée et appelait sur leurs têtes toutes sortes de malédictions.
Le patio ne suffisait pas à son activité. Elle grimpait jusque sur la terrasse, tendait ses cordes, les soutenait à l'aide de perches de mûrier, redescendait brasser des nuages de mousse. Ce jour-là ma mère m'expédiait à l'école avec, pour vêtement, une simple chemise sous ma djellaba. Le déjeuner était sacrifié. Je devais me contenter d'un quartier de pain enduit de beurre rance, accompagné de trois olives. Notre chambre même perdait son visage habituel. Les matelas gisaient là, sans couvertures, les coussins n'avaient plus d'enveloppes et la fenêtre semblait nue sans son rideau semé de fleurettes rouges.
La soirée était consacrée au pliage des vêtements. Ma mère prenait une chemise toute froissée et
sentant le soleil, la déployait sur ses genoux, la regardait par transparence, la pliait, les manches à l'intérieur, avec application, presque avec gravité. Parfois, elle faisait une reprise. Elle n'aimait guère la couture et moi-même, je préférais la voir tirer sur ses cardes ou tourner son rouet. L'aiguille, instrument particulièrement citadin, représentait à mes yeux un symbole de mollesse. Il était de tradition dans notre famille que le métier féminin noble par excellence consistât à travailler la laine. Manier l'aiguille équivalait presque à un reniement. Nous étions Fassis par accident, mais nous restions fidèles à nos origines montagnardes de seigneurs paysans.
Ma mère ne manquait jamais d'évoquer ces origines lors des querelles avec les voisines. Elle osa même soutenir devant Rahma que nous étions d'authentiques descendants du Prophète.

- Il existe, dit-elle, des papiers pour le prouver, des papiers gardés précieusement par l'imam de la mosquée de notre petite ville. Qui es-tu, toi, femme d'un fabricant de charrues, sans extraction, pour oser mettre ton linge, plein de poux, près du mien fraîchement lavé ? Je sais ce que tu es, une mendiante d'entre les mendiantes, une domestique d'entre les domestiques, une va-nu-pieds, crottée et pouilleuse, une lécheuse de plats qui ne mange jamais à sa faim. Et ton mari ! Parle-moi de cet être difforme, à la barbe rongée de mites, qui sent l'écurie et brait comme un âne ! Que dis-tu ? En parler à ton mari ? Est-ce que moi, je crains ton mari ? Qu'il vienne ! Je lui montrerai de quoi peut être capable une femme de noble origine. Quant à toi, arrête tes piaillements et ramasse tes hardes. Toutes les voisines témoigneront en ma faveur. Tu m'as provoquée. Je ne suis pas une petite fille pour me laisser insulter par une femme de ton espèce.
De notre fenêtre du deuxième étage, pâle d’angoisse et de peur, je suivais la scène, alors que ma
mémoire d'enfant enregistrait les phrases violentes.
Le soir, tout abruti de sommeil, j’entendis mon père monter l’escalier. Il entra selon son habitude, se dirigea vers son matelas posé à même le sol. Ma mère prépara le souper, posa la table ronde, le plat de ragoût et le pain.
On sentait qu'elle boudait.
Mon père se mit à manger sans poser de questions. Ma mère boudait toujours. Puis elle éleva brusquement la voix et dit :
- Cela ne te fait rien à toi, qu'on nous traîne dans boue, qu'on nous insulte, qu'on insulte nos nobles origines, nos ancêtres qui faisaient trembler les tribus ! Cela ne te fait rien que les gens de basse extraction tentent de souiller, par des paroles inconvenantes, notre famille qui compte parmi ses morts des hommes courageux, des chefs, des saints et des savants !
Toujours silencieux, mon père continuait à manger.
Ma mère recommença :
- Oui, tout cela ne te fait rien. Que ta femme subisse tous les affronts, ton appétit n'en est pas affecté et tu manges comme à l'ordinaire. Moi, j'ai tellement de peine sur le cœur que je ne mangerai plus jamais de ma vie.
Ma mère, se cachant le visage dans ses deux mains, poussa un long sanglot et se mit à pleurer à chaudes larmes. Elle gémissait, se lamentait, se donnait de grandes claques sur les cuisses, chantait sur un air monotone et combien triste tous les malheurs qui l'avaient frappée. Elle énumérait les insultes qu'elle avait reçues, les épithètes dont on l'avait gratifiée, recommençait intarissablement le panégyrique de ses ancêtres qui, par la même occasion, se trouvaient offensés.
Mon père, rassasié, but une gorgée d'eau, s'essuya la bouche, tira à lui un coussin pour s'accouder et demanda :
- Avec qui t’es-tu encore disputée ?
La phrase eut sur ma mère un effet magique. Elle cessa de pleurer, releva la tête et, avec une explosion de fureur, s'adressa à mon père :
- Mais avec la gueuse du premier étage, la femme du fabricant de charrues ! Cette dégoûtante créature a souillé mon linge propre avec ses guenilles qui sentent l'étable. Elle ne se lave jamais d'ordinaire, elle garde ses vêtements trois mois, mais pour provoquer une querelle, elle choisit le lundi, mon jour de lessive, pour sortir ses haillons. Tu connais ma patience, je cherche toujours à aplanir les difficultés, je ne me départis jamais de ma courtoisie coutumière ; je tiens cela de ma famille, nous sommes tous polis. Les gens qui nous provoquent par des paroles grossières perdent leur temps. Nous savons conserver notre calme et garder notre dignité. Il a fallu cette pouilleuse ...
La voix de Rahma troua la nuit.
- Pouilleuse ! Moi ! Entendez-vous, peuple des Musulmans ?
La journée ne lui a pas suffi, les hommes sont maintenant dans la maison et pourront témoigner devant Dieu qui de nous deux a dépassé les limites des convenances.
Ce qui se passa après ne peut être décrit par des mots. Ce furent d'abord des cris aigus et prolongés, des vociférations, des sons sans suite et sans signification. Chacune des antagonistes, penchée hors de sa fenêtre, gesticulait dans le vide, crachait des injures que personne ne comprenait, s'arrachait les cheveux. Possédées du démon de la danse, elles faisaient d’étranges contorsions. Voisins et voisines sortirent de leurs chambres et mêlèrent leurs cris aux cris des furies. Les hommes, de leurs voix graves, les exhortaient au calme, insistaient pour qu'elles maudissent solennellement Satan, mais ces sages conseils les excitaient davantage. Le bruit devint intolérable. C’était une tempête, un tremblement de terre, le déchaînement des forces obscures, l’écroulement du monde.
Je n'en pouvais plus. Mes oreilles étaient au supplice, mon cœur dans ma poitrine heurtait avec force les parois de sa cage. Les sanglots m'étouffèrent et j'écroulai aux pieds de ma mère, sans connaissance.


Chapitre 2

Le MARDI, jour néfaste pour les élèves du Msid, me laisse dans la bouche un goût d'amertume. Tous les mardis sont pour moi couleur de cendre.
Il faisait froid, ma nuit avait été peuplée de cauchemars. Des femmes échevelées menaçaient de me crever les yeux, m'envoyaient au visage les pires injures. Parfois, l'une d'elles me balançait à travers la fenêtre et je m'enfonçais lourdement dans le vide. Je criai. Une main, combien douce, se posa sur mon front.
Le matin, je me rendis au Msid selon mon habitude. Le fqih avait son regard de tous les mardis.
Se yeux n'étaient perméables à aucune pitié. Je décrochai ma planchette et me mis à ânonner les deux
ou trois versets qui y étaient écrits.
A six ans, j'avais déjà conscience de l'hostilité du monde et de ma fragilité. Je connaissais la peur, je
connaissais la souffrance de la chair au contact de la baguette de cognassier. Mon petit corps
tremblait dans ses vêtements trop minces. J'appréhendais le soir consacré aux révisions.
Je devais, selon la coutume, réciter les quelques chapitres du Coran que j'avais appris depuis mon
entrée à l'école.
A l’heure du déjeuner, le maître me fit signe de partir. J’accrochai ma planchette. J'enfilai mes
babouches qui m’attendaient à la porte du Msid et je traversai la rue.
Ma mère me reçut assez froidement. Elle souffrait d’une terrible migraine. Pour enrayer le mal, elle
avait les tempes garnies de rondelles de papier copieusement enduites de colle de farine.
Le déjeuner fut improvisé et la bouilloire sur son brasero entama timidement sa chanson.
Lalla Aïcha, une ancienne voisine, vint nous rendre visite. Ma mère la reçut en se plaignant de ses
maux tant physiques que moraux. Elle affectait une voix faible de convalescente, s'étendait sur les
souffrances de telle partie de son corps, serrait violemment des deux mains sa tête empaquetée dans
un foulard. Lalla Aïcha lui prodigua toutes sortes de conseils, lui indiqua un fqih dans un quartier éloigné,
dont les talismans faisaient miracle. Je me tenais timide et silencieux dans mon coin. La visiteuse
remarqua la pâleur de mon visage.
- Qu'a-t-il ton fils ? demanda-t-elle.
Et ma mère de répondre :
- Les yeux du monde sont si mauvais, le regard des envieux a éteint l'éclat de ce visage qui évoquait un bouquet de roses. Te souviens-tu de ses joues qui suaient le carmin ? et de ses yeux aux longs cils, noirs comme les ailes du corbeau ? Dieu est mon mandataire, sa vengeance sera terrible.
- Je peux te donner un conseil; dit Lalla Aïcha : montons tous les trois cet après-midi à Sidi Ali Boughaleb. Cet enfant ne pourra pas supporter le Msid; si tu lui faisais boire de l'eau du sanctuaire, il retrouverait sa gaîté et sa force.
Ma mère hésitait encore. Pour la convaincre Lalla Aïcha parla longuement de ses douleurs de jointures, de ses jambes qui ne lui obéissaient plus, de ses mains lourdes comme du plomb, des difficultés qu'elle éprouvait à se retourner dans son lit et des nuits blanches qu'elle avait passées à gémir comme Job sur son grabat. Grâce à Sidi Ali Boughaleb, patron des médecins et des barbiers, ses douleurs ont disparu.
- Lalla Zoubida, c'est Dieu qui m'envoie pour te secourir, t'indiquer la voie de la guérison, je vous aime, toi et ton fils, je ne retrouverai jamais le goût ni de la nourriture, ni de la boisson si je vous abandonne à vos souffrances. Ma mère promit de visiter Sidi Ali Boughaleb et de m'emmener cet après-midi même. Lalla Aïcha soupira de satisfaction.
Les deux femmes restèrent à bavarder encore longtemps. Ma mère monta sur la terrasse, redescendit avec une brassée de plantes aromatiques qu'elle cultivait dans des pots ébréchés et de vieilles marmites d'émail. Elle parfuma son thé de verveine et de sauge, proposa à
Lalla Aïcha une petite branche d'absinthe à mettre dans son verre. Elle refusa poliment, déclara que ce thé était déjà un véritable printemps. Je mis dans mon verre toutes sortes de plantes aromatiques. Je les laissai longtemps macérer. Mon thé devint amer, mais je savais que cette boisson soulageait mes fréquentes coliques.
Ma mère se leva pour se préparer. Elle changea de chemise et de mansouria, chercha au fond du coffre une vieille ceinture brodée d'un vert passé, trouva un morceau de cotonnade blanche qui lui servait de voile, se drapa dignement dans son haïk fraîchement lavé .
.. C’était, en vérité, un grand jour. J'eus droit à ma djellaba blanche et je dus quitter celle de tous les jours, une djellaba grise, d'un gris indéfinissable, constellée de taches d'encre et de ronds de graisse. Lalla Aïcha éprouva toutes sortes de difficultés à s'arracher du matelas où elle gisait.
J'ai gardé un vif souvenir de cette femme, plus large que haute, avec une tête qui reposait directement sur le tronc, des bras courts qui s'agitaient constamment. Son visage lisse et rond m'inspirait un certain dégoût. Je n'aimais pas qu'elle m'embrassât. Quand elle venait chez nous, ma mère m'obligeait à lui baiser la main parce qu'elle était chérifa, fille du Prophète, parce qu'elle avait connu la fortune et qu'elle était restée digne malgré les revers du sort. Une relation comme Lalla Aïcha flattait l'orgueil de ma mère.
Enfin, tout le monde s'engagea dans l'escalier. Nous nous trouvâmes bientôt dans la rue.
Les deux femmes marchaient à tout petits pas, se penchant parfois l'une sur l'autre pour se communiquer leurs impressions dans un chuchotement. A la maison, elles faisaient trembler les murs en racontant les moindres futilités, tellement leurs cordes vocales étaient à toute épreuve ; elles devenaient, dans la rue, aphones et gentiment minaudières.
Parfois je les devançais, mais elles me rattrapaient tous les trois pas pour me prodiguer des conseils de prudence et des recommandations. Je ne devais pas me frotter aux murs : les murs étaient si sales et j'avais ma superbe djellaba blanche, je devais me moucher souvent avec le beau mouchoir brodé pendu à mon cou, je devais de même m'écarter des ânes, ne jamais être derrière eux car ils pouvaient ruer et jamais devant car ils prenaient un malin plaisir à mordre les petits enfants.
- Donne-moi la main, me disait ma mère.
Et cinq pas après :
- Va devant, tu as la main toute moite. Je reprenais ma liberté mais pour un temps très court. Lalla Aïcha se proposait de me guider dans la cohue. Elle marchait lentement et tenait beaucoup de volume. Un embouteillage ne tardait pas à se former. Les passants nous lançaient toutes sortes de remarques déplaisantes mais finissaient par se porter à notre secours. Des bras inconnus me soulevaient du sol, me faisaient passer par-dessus les têtes et je me trouvais finalement dans un espace libre. J'attendais un bon moment avant de voir surgir de la foule les deux haïks immaculés. La scène se renouvela plusieurs fois durant ce voyage. Nous traversâmes des rues sans nom ni visage particuliers. J'étais attentif aux conseils de mes deux guides, je m'appliquais à me garer des ânes, butais inévitablement dans les genoux des passants. Chaque fois que j'évitais un obstacle, il s'en présentait un autre. Nous arrivâmes enfin au cimetière qui s'étend aux abords de Sidi Ali Boughaleb. J'esquissai un timide pas d'allégresse.
Les tombes couvertes de soucis rougeoyaient au soleil. Ça et là des marchands trônaient derrière leurs pyramides d'oranges. On entendait les coups de tambourin d'un chanteur populaire et la clochette du marchand d'eau. Sur la petite place, des campagnards vendaient du bois pour la lessive, des braseros de terre cuite, des plats pour cuire les galettes. Les éventaires des marchands de sucreries attiraient mon regard. On y voyait exposés des coqs et des poussins en sucre jaune ornementé de filets roses, des théières transparentes, de minuscules babouches et des soufflets. Ces objets magnifiques me rappelaient ma Boîte à Merveilles. Mon père m’en avait bien offert quelquefois, mais, avant d'arriver à la maison, s'émiettaient ou devenaient simplement gris et poussiéreux, indignes de figurer parmi mes trésors. Ils étaient beaux, là, au soleil, dans le bourdonnement de la foule.
Le toit de tuiles vertes qui couvre le mausolée se dressait dans un tendre azur où batifolaient de nuages blancs et roses aux formes capricieuses. Sur les marches de l'entrée principale, des femmes, assises à même le sol, devisaient entre elles, mâchaient sous leur voile de la gomme parfumée, interpellaient leurs enfants qui jouaient dans la poussière. Elles se serrèrent pour nous laisser un étroit passage.
Nous nous trouvâmes bientôt dans une cour qui me parut immense. Au centre trônaient quatre vaisseaux en terre cuite remplis d'eau. Ma mère trouva un gobelet et me fit boire. Elle se versa un peu de liquide dans le creux de la main, me passa les doigts sur le visage, les yeux, les jointures des mains et sur les chevilles. Tout en procédant à ce rituel, elle marmonnait de vagues prières, des invocations, me recommandait de rester tranquille, rappelait à Lalla Aïcha telle ou telle péripétie de notre promenade. Je subissais tout cela avec ma patience coutumière. Je me tortillais le cou pour regarder une armée de chats qui se livraient à une folle sarabande à l'intérieur de ce temple étrange. Au delà de cette cour s'ouvrait la Zaouia. De chaque côté d'une pièce carrée où se dressait le catafalque du Saint, deux portes conduisaient aux chambres des pèlerins. Des gens venus de loin, pour se débarrasser de leurs maux, vivaient là avec leurs enfants, attendant la guérison.
En arrivant devant le catafalque, Lalla Aïcha et mère se mirent à appeler à grands cris le saint à leur secours. L'une ignorant les paroles de l'autre, chacune lui exposait ses petites misères, frappait du plat de la main le bois du catafalque, gémissait, suppliait, vitupérait contre ses ennemis. Les voix montaient, les mains frappaient le bois du catafalque avec plus d'énergie et de passion. Un délire sacré, s’était emparé des deux femmes. Elles énuméraient leurs maux, exposaient leurs faiblesses, demandaient protection, réclamaient vengeance, avouaient impuretés, proclamaient la miséricorde de Dieu et la puissance de Sidi Ali Boughaleb, en appelaient à sa pitié. Epuisées par leur ferveur, elles s’arrêtèrent enfin. La gardienne du mausolée vint les complimenter sur leur piété et joindre ses prières aux leurs.
- Vos vœux seront exaucés et vos désirs comblés, dit-elle pour conclure. Dieu est généreux, il soulage les souffrances et panse toutes les blessures. Sa bonté s’étend à toutes les créatures. N'est-ce pas un signe de Sa Bonté de nous avoir envoyé des Prophètes pour détourner de la voie du mal et nous indiquer le chemin du Paradis ? C'est un effet de sa générosité nous avoir révélé par l'intermédiaire de Notre- Seigneur Mohammed (le salut et la paix soient sur lui) sa Parole très vénérée qui nous enseigne les vertus capitales : la charité, l'amour des parents, le bienfait envers toutes les créatures. Ceux qui ont pratiqué ces vertus dans toute leur intégrité deviennent les Amis de Dieu et intercèdent en notre faveur. Sidi Ali Boughaleb figure parmi les plus dignes. Il aimait tous les êtres et affectionnait en particulier les chats. Nous en avons actuellement plus de cinquante. On nous les amène malades, galeux et efflanqués. Peu de temps suffit pour qu'ils retrouvent la santé et la joie. Pour plaire au Saint, nous devons les nourrir et les soigner.
Ma mère fouillait dans ses vêtements. Elle ne tarda pas à sortir un mouchoir avec un gros nœud. Lentement, elle le dénoua en s'aidant plusieurs fois de ses incisives. Lalla Aicha lui chuchota à l'oreille une phrase mystérieuse, ma mère hocha la tête et offrit à la Moqadma deux pièces d'un franc accompagnées de cette explication :
- Voici pour moi et pour la chérifa qui m'accompagne.
La gardienne ouvrit ses deux mains, reçut le don et entama une longue oraison. Des femmes arrivèrent de l'extérieur et se joignirent à notre petit groupe pour bénéficier de ce moment de grâce, pour profiter de cette rosée spirituelle qui rafraîchit les cœurs.
Lentement, je me glissai hors de cet essaim de femmes pour aller caresser un gros matou étalé de tout son long contre le mur. Il me regarda de ses yeux jaunes, ronronna et m'envoya un magistral coup de griffe. Le sang gicla. Ma main se mit à me cuire atrocement. Je poussai un cri. Ma mère se précipita, folle d'inquiétude, bousculant ses voisines, buttant dans son haïk qui traînait sur le sol.
La blessure me faisait mal et je hurlais sans discontinuer. Les femmes posaient des questions, s'apitoyaient, m'offraient une orange pour me consoler, m'appelaient leur petite rose, leur bouquet de jasmin, leur petit fromage blanc. Loin de me calmer, ce tourbillon de visages me donnait le vertige. Je sanglotais à fendre l'âme. Une main mouillée se posa sur ma figure, un torchon sécha mes larmes et l’écoulement de mon nez. Le froid de cette main calma mes pleurs, mais je ne cessai pas de hoqueter le long du chemin de retour.
Ma mère me coucha dès l'arrivée à la maison.
Mon père se levait toujours le premier. Je voyais vaguement sa silhouette dans le demi-jour danser lentement. Il s'enroulait autour des reins une corde de plusieurs coudées en poil de chèvre, qui lui servait de ceinture. Pour cela, il tournait sur lui-même, soulevait une jambe pour laisser passer la corde, soulevait l'autre alternativement, faisait des gestes larges de ses bras. Il procédait ensuite à l'arrangement de son turban, mettait sa djellaha et sortait en silence. Ma mère dormait.
Ce matin, j'entendis mon père lui chuchoter :
- Ne l'envoie pas au Msid, il semble bien fatigué. Ma mère acquiesça et se replongea dans ses couvertures.
Toute la maison dormait encore.
Deux moineaux vinrent se poser sur le mur du patio, je les entendais sautiller d'un endroit à l'autre, frappant l'air de leurs courtes ailes. Ils discutaient avec passion et je comprenais leur langage. Ce fut un dialogue passionné : ils affirmèrent ceci avec conviction :

- J'aime les figues sèches.
- Pourquoi aimes-tu les figues sèches ?
- Tout le monde aime les figues sèches.
Oui ! Oui ! Oui !
- Tout le monde aime les figues sèches.
Les figues sèches ! Les figues sèches ! Les figues sèches !

Les ailes froufroutèrent, les deux moineaux partirent continuer leur conversation sur d'autres toits.
Je comprenais le langage des oiseaux et de bien d'autres bêtes encore, mais ils ne le savaient pas et s'enfuyaient à mon approche. J'en éprouvais beaucoup de peine.
Des seaux entrechoqués cliquetèrent dans le patio. La chouafa se levait la première et c'était tant mieux ! Les ombres de la nuit s'attardaient encore à cette heure autour de la fontaine et du puits, dans les lieux d'aisances et dans l'immense débarras où chaque locataire à tour de rôle procédait à sa toilette.
La chouafa connaissait les paroles efficaces qui rendaient ces ombres inoffensives. Chaque jeudi soir, elle brûlait des aromates, aspergeait les coins de lait ou d’eaux odoriférantes, prononçait de longues incantations.
Une porte claqua. Zineb, la fille de Rahma, se mit à geindre. Sa mère la gratifia d'une gifle sonore et la noya sous un flot d'injures.
- A ton âge ! N'as-tu pas honte de mouiller ton lit presque chaque nuit ? Je devrais te lâcher dans une étable, au lieu de te préparer chaque soir, ton matelas.
La chouafa l'interrompit :
- Que ta matinée soit heureuse, Rahma !
- Que ta journée soit ensoleillée, Lalla!
- Comment te sens tu ce matin ?
- Je remercie le Seigneur, il m'a infligé une terrible punition le jour où il m'a donné cette pisseuse de mauvais augure. Je le remercie pour ses dons innombrables, je le remercie dans la joie comme dans l'affliction.
- Eloigné soit de toi tout sujet de chagrin. Prends patience ! Cette enfant guérira, elle sera ta consolation dans ce monde de misères,
- Dieu t'entende, Lalla ! Qu'il répande sans mesure ses bénédictions sur toi, sur ceux qui te sont chers.
Ma mère remua dans son lit, toussa, soupira, finit par se mettre sur son séant. Elle se leva et ouvrit la fenêtre. La lumière m'éclaboussa les yeux et me fit mal. J’entendis s'ouvrir les volets de Fatma Bziouya. D'une voix ensommeillée, ma mère déroula son chapelet de salutations d'usage qu'elle adressait chaque matin à sa voisine d'en face. Celle-ci lui souhaita une heureuse journée avec les formules habituelles. Aucune n'écoutait les propos de l'autre. Chacun récitait son boniment sur un air monotone sans ardeur et sans enthousiasme. Elles posaient des questions mais connaissaient d’avance les réponses. Depuis trois ans que nous habitions ensemble, elles avaient répété les mêmes phrases chaque matin. Parfois elles modifiaient un mot, faisaient allusion à quelque récent événement, mais de telles circonstances étaient fort rares.
Invariablement, ma mère demandait :
- Comment te sens-tu ce matin ? Ta tête ne te fait-elle pas trop souffrir ? Ton sommeil a-t-il été paisible ?
Elle concluait :
- La santé est chose capitale, ma sœur ! Rien ne peut la remplacer.
Ce jour-là elle ajouta :
- Mon garçon n'est pas bien aujourd'hui. Dieu éloigne de toi et de ceux qui te sont chers le mal, et crève les yeux à ceux qui nous envient.
La voix de la chouafa monta du rez-de-chaussée :
- Lalla Zoubida ! Que ta matinée soit bénie ! Dieu éloigne de toi tout motif de peine et te conserve, toi et les tiens, en excellente santé !
Ma mère répondit :
- Que ta journée soit lumineuse et pleine de bénédictions ! Comment te sens-tu ce matin ? Dieu veillera sur ton bonheur et sur celui de tous ceux qui te sont proches.
La chouafa enchaîna :
- Ne t'inquiète pas pour ton fils, les amis de Dieu veillent sur sa santé. Il a des protecteurs dans le monde visible et dans le monde invisible. Je sais qu’il est chéri des puissances bénéfiques. Quand il sera homme, il sera un sabre parmi les sabres, un guerrier invulnérable, une ruche au miel recherché pour sa saveur et son parfum.
- Lalla, dit ma mère toute remuée, le miel et le beurre coulent de ta bouche et l'odeur du Paradis parfume ton haleine.
Et ma mère, extatique, les yeux au ciel, ajouta :
- Seigneur, qui m'écoutes du haut des cieux, répands tes trésors inépuisables, ô toi maître de tous les trésors, sur cette femme de bien; qu'elle soit vénérée comme elle le mérite dans ce monde et qu’elle bénéficie de tes largesses dans l'Autre. Que sa vie soit couronnée par l'accomplissement du pèlerinage aux Lieux qui nous sont chers, à nous tes esclaves auxquels tu as révélé la Vérité par l'intermédiaire de ton Prophète (le salut soit sur lui, sur ses compagnons et ses proches, le salut et la Paix !) Amine ! O Dieu de l'Univers !
- Amine ! Répondirent en écho toutes les femmes. Pendant ce cérémonial, je m'étais levé et mis en djellaba. Mes oreilles bourdonnaient un peu, mais je ne me sentais nullement plus fatigué que d'habitude. La perspective de rester à la maison toute la journée, loin du fqih et de sa baguette de cognassier, me rendait tout heureux. Nous étions mercredi, le jour suivant était ordinairement jour de congé et le vendredi l'école n'ouvrait qu'après la prière de midi. J’avais devant moi deux jours et demi, deux jours et demi à vivre comme un prince.
Ma mère m'aida à faire mes ablutions et s'affaira, dans le réduit qui lui servait de cuisine, à activer son feu.
Toute la maison retentissait du bruit des soufflets. Il faisait un éclatant soleil. Bientôt la table fut mise. Il y avait des œufs frits à l'huile d'olive et du pain frais. Nous nous mîmes à manger. Allal, le mari de Fatma Bziouya, jardinier de son état, fit entendre sa voix à l'entrée de la maison.
- N'y a-t-il personne ? Puis-je passer ? Rahma répondit :
- Il n'y a personne. Passe !
Son pas retentit dans l'escalier. Nous finissions de manger quand sa femme entra dans notre chambre. Elle tenait une assiette de faïence où reposaient deux beignets sfenj. J'en étais particulièrement friand.
Ma mère se leva pour recevoir la visiteuse. Le visage ennuyé, la bouche pincée, elle débita les formules qu'exige la politesse en de telles occasions.
- Fatma ! Pourquoi t'es-tu dérangée ? Je ne peux accepter ! Nous avons, louange à Dieu, amplement de quoi nous rassasier ! Deux beignets ! C'est beaucoup trop ! Par Dieu je ne puis accepter.
Notre voisine essayait de vaincre cette résistance. Elle prenait la main de ma mère et protestait avec chaleur.
- Tu ne peux pas me faire un tel affront. Donne à Sidi Mohammed; qu'Allah lui donne la santé! Tu ne peux pas refuser, c'est si peu de chose !
Enfin, ma mère remercia.
- Dieu te comblera de ses bienfaits, et te fera goûter des nourritures du Paradis qu'il réserve à ses élus.
- Dieu ouvrira pour nous tous les portes de ses trésors.
Fatma alla rejoindre son mari et ma mère poussa de mon côté l'assiette avec les deux beignets.
- Mange-les, toi qui les aimes, me dit-elle; mon estomac ne supporte pas les beignets.
Je me régalai.
Un apprenti de mon père, que tout le monde appelait Driss le teigneux, frappa à la porte d'entrée. Il demanda un couffin pour faire notre marché. Ma mère lui recommanda à haute voix de choisir une viande sans trop d'os, et des fèves vertes bien tendres. La situation de mon père était assez prospère. Nous pouvions nous permettre de manger de la viande trois à quatre fois par semaine.
Papa, d'origine montagnarde comme ma mère, après avoir quitté son village situé à une cinquantaine de kilomètres de la grande ville, avait au début éprouvé des difficultés à gagner sa vie et celle de sa jeune épouse. Dans son pays, on était pillard et paysan. A Fès, il fallait pour vivre exercer quelque industrie citadine ou monter un petit commerce. Dans notre famille, vendre et acheter a toujours été considéré comme le métier le plus vil.
Mon père se souvint avoir été à un moment de sa jeunesse dans l'atelier de l'un de ses oncles maternels, tisserand de couvertures. Il s'acheta donc un minimum de matériel, loua un coin dans un atelier et s'installa tisserand. II faisait honnêtement son travail, améliorait de jour en jour sa production. Bientôt, ses articles furent très disputés et le ménage jouit d'un certain confort. Mon père avait un vieil ouvrier avec lui sur le métier; Driss le teigneux garnissait les canettes et faisait les commissions.
Driss venait deux fois par jour à la maison : le matin acheter les provisions et au milieu du jour chercher le déjeuner de son patron. Mon père mangeait à l'atelier. Il venait seulement le soir après la dernière prière. Le vendredi faisait exception. Ce jour-là mon père était à son métier jusqu'à midi environ ; il payait ses employés, allait à la Mosquée pour la grande prière et nous déjeunions en famille.
Driss revint chargé de son lourd panier. Ma mère en fit l'inventaire. Le teigneux n'avait rien oublié. La viande avait bon aspect et le vert des cosses de fèves faisait saliver abondamment. Le couffin contenait outre de l'ail, du persil et quantité de petits paquets d'épices. Nous avions de l'huile, du charbon et de la farine pour tout le mois.
Quand ma mère parlait de « l'œil des envieux », elle pensait sûrement à ces richesses. Les voisines moins fortunées nous jalousaient un peu. Elles n’ignoraient d'ailleurs aucun détail de notre vie domestique. Ma mère, de son côté, connaissait les difficultés de tout le monde, l'état des finances de chaque ménage, les dettes qu'il contractait, ses dépenses de chaque jour et la qualité de son ordinaire.
Les fèves furent versées dans un large panier en sparterie en forme de plat.
- Tu m'aideras à les écosser, me dit maman. J’acquiesçai et me mis aussitôt à l'ouvrage. Je fus vite dégoûté de ce travail. J'allai risquer un œil dans chambre de Bziouya. Elle roulait du couscous. Dans un coin, s'amoncelaient divers légumes : navets, carottes, courge rouge et oignons. Notre voisine m'aimait beaucoup. Elle laissa un moment son couscous pour fouiller dans un panier. Elle me tendit, avec un large sourire, un radis d'un rouge de rubis long d'un empan. Je lui fis un sourire pour la remercier et plantai mes dents dans la chair rose de cette friandise. Le goût en était si fort que les larmes me sortirent des yeux. Je ne dis rien, je partis à reculons, grimpai les marches qui conduisaient sur la terrasse et jetai par-dessus le mur qui nous séparait d'une autre maison, le beau radis.
Le soleil était clair et chaud. Un chat blanc et noir reposait sur le mur et suivait mes mouvements de ses yeux à demi fermés. Je ne m'en approchai point. Le coup de griffe du matou pensionnaire de Sidi Ali Boughaleb m'avait appris à me méfier des chats qui ronronnent au soleil.
Ma mère s'inquiétait déjà de mon absence, elle m'appelait à la cantonade. Je m'engageai dans l'escalier pour redescendre. Quelqu'un montait pieds nus. Les pas mous et le froufrou des vêtements se rapprochaient. Apparut Rahma. Ma mère ne lui parlait plus depuis leur dispute. Les deux femmes évitaient de se rencontrer, moi, je ne savais pas s'il fallait lui sourire ou me sauver. Je me plaquai contre le mur et attendis que les événements décidassent pour moi. En arrivant à ma hauteur, Rahma s'arrêta, me caressa la joue et me glissa un objet dans la main un objet lisse et froid, mais dont le toucher me plongea dans un bain de délice.
- C'est pour toi, me murmura notre voisine.
Je ne répondis rien et courus rejoindre ma mère qui s'impatientait. L’objet était toujours dans le creux de ma main et dégageait une fraîcheur d'eau de source.
Installé dans un coin de la pièce, j'osai enfin le regarder. C'était un gros cabochon de verre à facettes taillé en diamant, un bijou fabuleux et barbare, provenant à n'en pas douter de quelque palais souterrain où demeurent les puissances de l'Invisible.
Etait-ce un message de ces lointains royaumes ? Etait-ce un talisman ? Etait-ce une pierre maudite qui m'était remise par notre ennemie pour attirer sur la colère des démons ? Que m'importait la colère de tous les démons de la terre !
Je tenais dans mes mains un objet d'une richesse insoupçonnable. Il prendra place dans ma, Boîte à Merveilles et je saurai découvrir toutes ses vertus.
Ma mère me trouva dans mon coin. Elle me jeta un regard négligent et dit :
- Encore un bout de verre ! Fais attention de ne pas te blesser.


Chapitre 3


Ces deux jours et demi de repos passèrent très vite. Le vendredi après déjeuner, je me retrouvai à l'école, hurlant les versets coraniques et scandant les mots sur ma planchette à coups de poings.
Une mèche de cheveux ornait le côté droit de ma tête. Elle tournoyait aux quatre vents pendant que j'apprenais frénétiquement ma leçon. Mes doigts me faisaient mal à force de cogner sur ma planchette de bois. Chaque élève se livrait à ce jeu avec passion. Le maître somnolait, sa longue baguette à la main. Le bruit, les coups répétés sur les planchettes m'enivraient. J'avais chaud aux joues. Mes tempes bourdonnaient. Une tache de soleil d'un jaune anémique traînait encore sur le mur d'en face. Le maître se réveilla, distribua quelques coups de baguette et se rendormit.
La tache de soleil diminuait.
Les cris des enfants s'étaient transformés en torrent, en cataracte de rafale.
La tache de soleil disparut.
Le maître ouvrit les yeux, bâilla, distingua au milieu de toutes ces voix, celle qui déformait une phrase vénérée, rectifia le mot défectueux et chercha une position confortable pour reprendre son somme. Mais il remarqua que le soleil avait disparu. Il se frotta les yeux, son visage s'éclaira et la baguette nous fit signe de nous rapprocher. Le bruit cessa brusquement. Installés tous contre l'estrade du fqih, nous chantâmes la première sourate du Coran. Les plus petits comme les plus grands la connaissaient. Nous ne quittions jamais l'école le soir sans la chanter. Le vendredi nous la faisions suivre de quelques vers de Bnou Achir consacrés au rituel des ablutions et d'une ou deux prières pour implorer la miséricorde de Dieu en faveur de nos parents et de nos maîtres morts et vivants.
Nous étions heureux quand commençaient ces litanies. Elles signifiaient la fin de nos souffrances, le retour à la maison, la course dans les ruelles humides. Enfin, le maître nous libéra un par un. Avant de partir nous nous dirigions vers l'estrade pour le saluer une dernière fois et lui baiser la main.
Chacun prit ses babouches de dessus une étagère placée à l'entrée de la salle d'école et s'en alla.
Il faisait déjà sombre quand j'arrivai à la maison.
En attendant le retour de mon père, je mangeai un morceau de pain sec, sortis ma Boîte à Merveilles et me plongeai dans la contemplation de mes richesses. Le cabochon de verre me fascinait toujours; je ne cessais de le toucher, de le regarder par transparence, de le serrer avec tendresse contre ma joue.
Ma mère alluma une énorme bougie fichée dans un chandelier de cuivre.
Ce soir, la chambre de Fatma Bziouya brillait d'un éclat inaccoutumé. Ma mère s'en aperçut. Sans quitter sa place, elle interpella notre voisine :
- Fatma ! Tu célèbres un mariage ? Pourquoi fais-tu brûler plusieurs bougies ? …Que dis-tu ? Une lampe ! Attends, j'arrive.
Ma mère se leva, se dirigea vers la pièce d'en face. Je la suivis.
Oh ! Merveille ! Au centre du mur, une lampe à pétrole était accrochée. Une flamme blanche et paisible dansait imperceptiblement dans un verre en forme de clarinette. Une glace, placée derrière, intensifiait la lumière. Nous étions, ma mère et moi, complètement éblouis. Ma mère dit enfin :
- Ta lampe éclaire bien. Mais n'y a-t-il pas de danger d'explosion ? Des risques d'incendie ? On dit aussi que le pétrole sent très mauvais.
Bziouya risqua timidement :
- Je ne crois pas qu'il y ait de danger. Plusieurs personnes du quartier se servent maintenant de ces lampes. Elles en paraissent très satisfaites. Vous devriez en acheter une, la chambre paraît plus accueillante et plus gaie.
- Oui, répondit ma mère en allongeant les lèvres, une lampe, certes, éclaire mieux qu'une bougie mais elle est moins jolie qu'un chandelier de cuivre.
Ma curiosité tomba. Elle me prit la main, me ramena chez nous. Elle ne dit plus rien jusqu'à l’arrivée de papa. Elle prépara le dîner comme à l’ordinaire, disposa la petite table ronde, rassembla à portée de sa main les accessoires pour le thé.
Lorsque mon père franchit le seuil de la chambre, je me précipitai pour l'accueillir. Sa face devint rayonnante. Il se baissa, me saisit sous les aisselles et me souleva à la hauteur de son visage.
- II devient lourd, cet infidèle! C'est bientôt un homme!
- Non, lui dis-je, je serai un homme quand j’aurai une belle barbe. A la saison des pastèques, j'ai u me frotter les joues avec leur jus, aucun poil ne me pousse.
- Essaie encore la saison prochaine, me dit mon père, peut- être obtiendras-tu quelque résultat? Tu auras alors une belle barbe noire.
- Toi, papa, tu as deux poils blancs à ta barbe. Je vois que tu vieillis.
- Non, me dit mon père, non, c'est une simple envie. Il vaut mieux avoir une goutte de lait dans ses poils de barbe qu'une figue ou une grappe de raisin le bout du nez.
Cette remarque provoqua chez moi de grands éclats de rire.
Le dîner était délicieux, un mets que je préférais entre tous : des pieds de mouton aux pois chiches.
Nous mangeâmes copieusement. La table débarrassée, ma mère nous servit du thé à la menthe et parla des menus événements de la journée. Mon père sirotait son thé et répondait rarement. La lumière baissa une seconde, ma mère moucha la bougie avec une paire de ciseaux rouillés. Elle en profita pour déclarer que les bougies devenaient de moindre qualité, qu'il en fallait une tous les trois jours et que la pièce paraissait lugubre avec toutes ces ombres qui s'amassaient dans les angles.
- Tous les gens « bien» s'éclairent au pétrole, dit-elle pour conclure.
Ces propos laissaient mon père dans une indifférence totale. Mes yeux brillaient de curiosité. J'attendais son verdict. J'admirais intérieurement l'habileté de ma mère. Je fus déçu. Sans commentaire, mon père se prépara pour dormir. Je gagnai mon lit. Je rêvai cette nuit d'une belle flamme blanche que je réussis à tenir prisonnière dans mon cabochon de verre taillé en diamant.
Le lendemain, à mon retour du Msid, pour le déjeuner, je sautai de joie et de surprise lorsque je découvris, accrochée au mur de notre chambre, bien au centre, une lampe à pétrole identique à celle de notre voisine.
Le matin, Driss le teigneux, en venant chercher 1e couffin pour les provisions, l'avait tendue à ma mère.
Il avait fait emplette en outre d'une bouteille de pétrole et d'un entonnoir.
La chouafa qu'on appelait « tante Kanza » monta admirer notre nouvelle acquisition, nous souhaita toutes sortes de prospérités. Ma mère rayonnait de bonheur. Elle devait trouver la vie digne d’être vécue et le monde peuplé d'êtres d'une infinie bonté. Elle chantonnait, gourmandait avec tendresse un chat efflanqué, étranger à la maison, riait pour un rien.
Chez ma mère, de telles joies étaient souvent très proches des larmes. L'occasion ne tarda pas ce jour-là à se présenter ; elle put comme elle le disait « soulager son cœur ».
Rahma, la femme du fabricant de charrues, qui était sortie ce matin accompagnée de sa fille Zineb, dans l'intention de se rendre au quartier Kalklyine pour assister à un baptême, revint tout en pleurs. Elle se mit à se lamenter depuis l'entrée de la maison, à s'administrer des claques sonores sur les joues.
- Malheur! Malheur à moi! Je suis la plus misérable des mères ; je ne pourrai jamais survivre à cette douleur. Personne ne pourra soulager ma peine.
Les questions fusaient de toutes les fenêtres. Les femmes avaient interrompu leur besogne. Elles la suppliaient de les mettre au courant de la nature de cette catastrophe qui l'avait frappée. Ma mère oublia que Rahma n'était qu'une pouilleuse, une mendiante d’entre les mendiantes. Tout émue, elle se précipita au premier étage en criant :
- Ma sœur! Ma pauvre sœur! Que t'est-il arrivé?
- Nous pouvons peut-être te venir-en aide. Cesse de pleurer, tu nous déchires le cœur.
Toutes les femmes entourèrent Rahma la malheureuse. Elle réussit enfin à les renseigner: Zineb avait disparu, perdue dans la foule. En vain, sa mère avait essayé de la retrouver dans les petites rues latérales, Zineb s'était volatilisée, le sol l'avait engloutie et il n'en restait pas la moindre trace.
La nouvelle de cette disparition se propagea instantanément dans le quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l'exhorter à la patience. Tout le monde se mit à pleurer bruyamment. Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments particulièrement pénibles de sa vie, s'attendrissait sur son propre sort.
Je m'étais mêlé au groupe des pleureuses et j'éclatai en sanglots. Personne ne s'occupait de moi. Je n'aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait plutôt, je pleurais pour bien d'autres raisons. D'abord, je pleurais pour faire comme tout le monde, il me semblait que la bienséance l'exigeait; je pleurais aussi parce que ma mère pleurait et parce que Rahma, qui m'avait fait cadeau d'un beau cabochon de verre, avait du chagrin ; mais la raison profonde peut-être, c'était celle que je donnai à ma mère lorsqu'elle s'arrêta, épuisée. Toutes les femmes s'arrêtèrent, s'essuyèrent le visage, qui avec un mouchoir, qui avec le bas de sa chemise. Je continuais à pousser des cris prolongés. Elles essayèrent de me consoler. Ma mère me dit:
- Arrête! Sidi Mohammed, on retrouvera Zineb, arrête ! Tu vas te faire mal aux yeux avec toutes ces larmes.
Hoquetant, je lui répondis:
- Cela m'est égal qu'on ne retrouve pas Zineb, je pleure parce que j'ai faim!
Ma mère me saisit par le poignet et m'entraîna, courroucée.
Je déjeunai tout seul et je partis à l'école. L'après-midi se passa pour moi comme les autres après-midi: je vociférai les versets sacrés, tapai sur ma planchette. Le soir, après avoir récité ma leçon, je repris le chemin de la maison. Je m'attendais à la trouver sens dessus dessous. Il n'en était rien. Silencieuses, les femmes soufflaient leur feu, remuaient leurs ragoûts, écrasaient dans des mortiers de cuivre leurs épices. Je n'osai pas interroger ma mère sur les aventures de Zineb.
Mon père arriva, comme de coutume, après la prière de l'Aacha. Le repas se déroula simplement, mais à l'heure du thé, maman parla des événements de la journée. Elle commença:
- Cette pauvre Rahma a passé une journée dans les affres de l'angoisse. Nous avons toutes été bouleversées.
- Que s'est-il passé? demanda mon père.
Ma mère reprit:
- Tu connais Allal le fournier qui demeure à Kalklyine ? Si, si, tu dois le connaître. Il est marié à Khadija, la sœur de notre voisine Rahma. Il y a un an, ils sont venus passer une semaine ici chez leurs parents ; ce sont des gens honnêtes, pieux et bien élevés. Mariés depuis trois ans ils désiraient vivement avoir un enfant. La pauvre Khadija a consulté les guérisseurs, les fqihs, les sorciers et les chouafas sans résultat. Il y a un an, ils sont allés en pèlerinage à Sidi Ali Bou Serghine. Khadija se baigna dans la source, promit au saint de sacrifier un agneau si Dieu exauçait son vœu. Elle a eu son bébé. Depuis six jours, la joie du ménage est à son comble. Demain on procédera au sacrifice du Nom.
Mon père osa faire remarquer qu'il ne voyait pas dans cet événement motif à angoisse. Mais ma mère l'interrompit et déclara qu'il était incapable d'écouter jusqu'au bout un récit.
- Attends ! Attends ! dit-elle, je commence à peine, tu m'interromps tout le temps.
Rahma était donc invitée au baptême et à la cérémonie du Nom. Son mari lui acheta une belle robe parsemée de fleurs multicolores. Elle sortit son foulard de mariage, le beau foulard rouge à décor d'oiseaux, habilla de neuf sa fille Zineb et elles partirent de bonne heure ce matin. Elles passèrent par Mechchatine, Seffarine, El Ouadine ...
- Tu ne vas pas citer toutes les rues de Fès, dit simplement mon père.
Je pouffai de rire. Des yeux sévères se fixèrent un moment sur moi et ma mère reprit:
- Elles arrivèrent à Rsif. La foule barrait le chemin. Un marchand vendait des poissons frais, un franc soixante-quinze le Rfal, (à Joutyia, les poissons se vendent deux francs vingt-cinq). Les gens se battaient pour se faire servir. Rahma et sa fille furent prises dans les remous de cette cohue. Une fois à l'air libre, Rahma rajusta son haîk et constata la disparition de Zineb ! Elle appela, cria, ameuta la foule. Le marchand cessa son trafic, les gens vinrent au secours de la mère affligée, mais la fille restait introuvable.
Rahma revint tout en larmes, nous la consolâmes de notre mieux. Allal le jardinier se dépêcha de prévenir le mari de Rahma. Deux crieurs publics parcoururent la ville en tous sens, donnèrent le signalement de la fille, promettant une récompense à celui qui la ramènerait à ses parents.
Pendant ce temps, nous, faibles femmes, nous ne pouvions que pleurer, offrir notre compassion à la malheureuse mère.
J'avais le cœur gros. Fatma Bziouya et moi nous partîmes à Moulay Idriss. Dans de pareilles circonstances, il faut frapper à la porte de Dieu et de ses Saints. Cette porte cède toujours devant les affligés.
Une vieille femme surprit notre douleur, elle nous en demanda le motif. Nous la mîmes au courant du triste événement. Elle nous prit par la main et nous emmena à Dar Kitoun, la maison des Idrissides, lieu d'asile de toutes les abandonnées. Là, nous trouvâmes Zineb. La moqqadama l'avait recueillie et nourrie pour l'amour du Créateur. Elle eut un rial de récompense et nous la remerciâmes pour ses bons soins. Rahma retrouva toute sa gaîté lorsque sa fille lui fut rendue.
- Louange à Dieu! termina mon père. Prépare le lit de cet enfant,

:: Les commentaires des internautes ::

Nathan bangala le 26/09/2008
Ce blog est vraiment interessant pour les élèves , merci bien


danielle le 13/10/2008
merci pour le livre.Je voudrais avoir 1/identification de la situation
2/ les types d'énnonçé
pour le passage qui commence de ""Le jeudi suivant,Rahma pour remercier Dieu de lui avoir rendu sa fille, organisa un repas pour les pauvresjusqu'à ...ma mère survint parla de fatigue m'enmena dormir""
et merci infiniment


Anonyme le 01/02/2010
slt merci beucoup pour cet romen


Anonyme le 01/02/2010
Merci beaucoup pour cet roman mais je souhaites que vous pouvez continuer les outres chapitre car je sus très besoin d'elle
merci beaucoup


Anonyme le 20/11/2010
Merci...............


moha le 25/11/2010
chapitre 7

http://moha_110.centerblog.net


zico le 28/11/2010
mercie


nona le 07/10/2011
merci


moha le 04/12/2011
Ce blog est vraiment interessant pour les élèves
http://news.centerblog.net


abdlkrim le 12/01/2012
xcsd


passant le 18/03/2012
merci beaucoup pour vos efforts


ayoub wahoub le 25/07/2012
merci


safa le 01/09/2012
ajouta -t-il. Il tombe de sommeil.
Sous mes couvertures , les yeux ouverts , j'imaginais dans une douce somnolence la maison des Idrissides.


safa le 01/09/2012
je me représentais une vaste demeure aux mosaïques fanées , bourdonnante comme une ruche de voix de femme en instance de répudiation, de jeunes filles malheureuses et d'enfants perdus.


ayoub le 12/09/2012
merci bien pour le admen de ce bloge


salma le 22/09/2012
MeRcii beaucoup pour cette roman


houria le 23/09/2012
merci beaucoup pour cette romon mai je suis bosoin de continer les outre chapitres parsqu'elle je suis tres bosoin d'elle thank you so mach.
http://frencais.centerblog.net


houria le 23/09/2012
merci beaucoup pour cette romon mais je suis tres bosoin de la continuter d'outre chapitre thank you so mach.
http://frencais.centerblog.net


mohamed miftahi le 23/09/2012
merci
http://http://7olm-roo7.7olm.org.centerblog.net


nezili le 26/09/2012
merci pour les informations


aziz elmellali le 30/09/2012
bon
http://merci.centerblog.net


bassma le 04/10/2012
merci pour la romon
http://bassma.centerblog.net


Anonyme le 08/10/2012
le lieux de chapitre 1et2


Anonyme le 31/10/2012
génial


simo le 08/11/2012
merci pour le roman


brahim le 12/11/2012
Les autres chapitres ?


ranya le 22/12/2012
Ce blog est vraiment interessant pour les élèves , merci
http://chinwa2009.centerblog.net


sara+hayati le 11/01/2013
merci beaucoup merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii


hamid syar le 21/01/2013
merci pour cet roman
http://lin.centerblog.net


ayoub mirikane le 13/03/2013
wooooow . merciii beaucoup


youssef le 06/05/2013
avez_vous une traduction de cette romone???


ayoub lamharzi le 29/05/2013
c'est un bonne historie


sara le 30/05/2013
j'aime bien cette roman c'est trés indispensables d'avoir ce type là et je voudrais que vous la puissiez un peu facile avec le résumé et la situation de chaque passage et merci que dieu vous garde


mahdi soltan le 10/06/2013
merci beucoup


hamza le 18/06/2013
merci


meriem qara le 04/08/2013
merci bcp


moad le 30/09/2013
merci


naima le 01/10/2013
mrcbazzaf


noussayba le 07/10/2013
merci bien


Alae le 20/11/2013
Mercii


anissa le 03/12/2013
alla



http://anissa.centerblog.net


anas moutawafiq le 13/12/2013
Merci pour la suite de l'histoire